Mai 2019 : Inquiétude pour l’UPASE 37 !

Nous avons appris le 24 avril l’irrecevabilité de nos réponses aux deux « lots » sur TOURS Métropole et partageons la vive inquiétude des professionnels.

Notre syndicat dès le début était très circonspect et ne partageait pas l’opinion exagérément optimiste de celles et ceux qui pensaient que nous obtiendrions sans difficulté ces « lots » et que c’était gagné d’avance.

Nous attendions d’avoir connaissance de la lettre du Président du Conseil départemental et de la Préfète face à ce nouveau coup dur pour les salariés de Montjoie alors que d’autres services (SERAFM, CESM, CEF 61,…) vont également mal. Nous avons également demandé à avoir enfin connaissance de la double candidature qui avait été déposée par l’employeur avec l’ADSE dont les IRP sont visiblement mieux informées que nous, car le CE puis le CSE de Montjoie n’en ont jamais eu communication pour avis (alors que c’est la loi), sans attendre le prochain CSE qui est prévu dans plus de 15 jours (le 14 mai), d’autant que les oraux des associations retenues débutent dès lundi (Nous sommes surpris notamment que la structure de « MONNAIE » ait été mentionnée dans la candidature de l’employeur car nous l’avions déjà alerté en Comité d’entreprise sur le manque de transparence concernant ce dispositif et son éloignement peu efficient pour l’accueil de jeunes « complexes » au regard des exigences de socialisation et de soin, et il n’entrait pas dans le périmètre de l’Appel à projets p. 16 du « cahier des charges »).

Le 29 avril, un des deux « lots » a été attribué à la Fondation VERDIER associée à La Croix Rouge. Ne reste que le « lot » 1 à nouveau mis en concurrence ! Le 30 avril nous avons organisé une AG du personnel de l’UPASE 37 qui, après le temps de la sidération, s’inquiète à juste titre. Le 2 mai, sur demande de l’AG, nous avons interpellé l’employeur pour qu’il puisse expliquer rapidement sa « stratégie » qui semble incompréhensible devant les salariés.

L’AG a également validé que nous mettions notre logo pour nous joindre à l’action du 9 mai à 10 h Place Anatole France. A la demande du Président PAUMIER qui souhaitait également rencontrer des élus, Isabelle MARTINEAU, secrétaire du CSE, s’est rendue à une rencontre au Conseil départemental le 3 mai. Nous invitons également à la solidarité avec nos collègues de l’ADSE en grève.

3 mai : au cours de la rencontre avec le Président du Conseil départemental, celui-ci s’est engagé à relancer le plus tôt possible l’Appel à projets pour le « Lot » restant, le 6 ou 7 mai, pour une réponse mi-juillet, pour « rassurer aussi les salariés ». Il demande à Montjoie une collaboration avec la Sauvegarde pour ces 110 places mais la réponse (cette-fois en respectant le cahier des charges) tiendra compte du « mieux disant », de l’existant, de l’histoire, de la compétence.

 

Avril 2019 : FERMETURE du CEF 61 !

Encore un nouveau coup dur pour les salariés de MONTJOIE ! Après la fermeture des SOURCES, la perte de l’ISEMA confié à une autre association, la Préfète Chantal CASTELNOT, sur proposition du DiRPJJ Grand-Ouest, promulgue ce 2 avril 2019 un arrêté  portant suspension de l’activité du CEF de Ste GAUBURGE (61) pour une durée de six mois !

« Considérant une succession d’incidents à fréquence rapprochée démontrant des manquements aux conditions de sécurité, que les mesures visant à répondre aux dysfonctionnements prises par l’association gestionnaire n’ont pas pu permettre un retour à un fonctionnement correspondant aux attendus de la prise en charge, qu’en conséquence les conditions actuelles de fonctionnement et d’organisation font peser une menace sur la sécurité et le bien-être physique et moral des mineurs accueillis » !

Au-delà à nouveau d’une sentiment de honte et d’humiliation, toutes nos pensées vont à nos collègues et nous avions déjà organisé une AG du personnel sur site dès le 26 mars où nous avons entendu son inquiétude, suite aussi à un échange avec la nouvelle directrice qui semblait compétente (enfin !) et ayant une bonne connaissance des problématiques des jeunes accueillis (certains étaient d’ailleurs venus vers nous pour nous dire qu’ils ne voulaient pas partir !), dans un bassin d’emploi sinistré autour de L’AIGLE.

L’employeur semble attendre la lettre d’injonctions mais se pose évidemment la question du devenir du personnel, dans le contexte de surcroît du rapport 2018 de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté Adeline HAZAN  toujours aussi critique sur les CEF après en avoir inspecté 8 (dont les deux de Montjoie), et d’une volonté d’évolution de ces dispositifs vers plus d’éducatif et de socialisation.

MONTJOIE : GREVE et AG du personnel le 14 MARS 2019 !

Nos syndicats CGT et CFDT appellent les salariés de tous les services de MONTJOIE à une grande journée de grève et de mobilisation avec appel à débrayage et assemblées générales du personnel le JEUDI 14 MARS 2019 face à la dérive associative que nous subissons tous.

Nous sommes effarés par le nombre de départs de salariés alors qu’il fut un temps où travailler à MONTJOIE était symbole de fierté et de reconnaissance professionnelle ; nous sommes sidérés par le mal-être qui se développe et le fait qu’à peine un service va-il-mieux que deux autres sont à leur tour en souffrance (Siège, FSL, CSAPA-CAARUD, CEJ, ETAPES, l’ETEM, le SERAFM maintenant…) ; nous sommes consternés par l’image de notre association qui se dégrade aux yeux des partenaires et financeurs (récemment la DIRPJJ pour le CEF 61).

A quoi sert de signer un accord « Qualité de vie au travail » si tant de salariés vont mal, si l’on recrute des directeurs ne connaissant rien à nos missions, si la culture du secret remplace le dialogue et la communication dans nos métiers basés sur la parole ?

MONTJOIE, C’EST AUSSI NOUS !

AG des salariés à 10 h le jeudi 14  mars au local syndical (et décentralisées dans les établissements et services éloignés). Le 14 mars, MOBILISEZ-VOUS pour la bientraitance des professionnels et bienveillance, le rôle ressource, stopper cette dérive de dirigeance qui perdure depuis six ans !

SUCCES aux ELECTIONS du CSE à MONTJOIE

LUNDI 17 décembre 2018 se déroulait le second tour des élections du Comité social et économique (CSE) à MONTJOIE, appelé à fusionner les instances CE, DP et CHSCT !

Merci aux salariés qui s’étaient mobilisés dès ce 1er tour où nous avions obtenu 85.55 % des voix en titulaires (la CFDT 14.45 % et 25 voix), puis au 2ème tour puisque nous obtenons 9 élus sur 11 postes à pourvoir.

Au second tour nos candidat.e.s obtiennent en titulaires 138 voix, la CFDT 17 voix, la liste dite « libre » de l’assistante de direction du 37 obtient 30 voix (dont 20 de l’UPASE 37). En suppléants nous étions seuls à présenter une liste et tous nos candidats sont élus avec 169 voix.

En titulaires, nos élus sont : Isabelle MARTINEAU (Educ. ETEM), Fabienne LEFEUVRE (AF SERAFM), Delphine LEFEVRE (Comptable DG), Nordine EL KOUIL (Educ ETAPES), Véronique MAUBOUSSIN (sec. DG), Marinette MAUBERT (AF SERAFM), Sanaa BIGOT (Sec. SERAFM), Jacky VOLTIER (Educ tech CEF 61), Jean-Michel VIGOUROUX (Educ Tech DAO 37). N’hésitez pas à leur faire appel en cas de difficultés ou pour toutes questions relevant des DP, CE, CHSCT fusionnés dans le CSE.

Nous souhaitons la bienvenue aux autres élus : Catherine HOAREAU (CFDT) et Emilie BOUJU (dite « libre ») non-cadres, et  regrettons de n’avoir été en mesure de présenter une liste cadres proche de nos valeurs (psychologues, cadres intermédiaires ou techniques ou directeur.trice).

SALAIRES CC 66 + 1 centime d’aumône = point à 3.77 € !!!

Nous avons demandé l’octroi d’une prime de fin d’année à Mme CORTES, DG, le 17 décembre 2018 et en NAO car la valeur du point  est toujours gelée (passée de 3.76 € depuis avril 2013 et qui devrait être en réalité à 4.11 € juste pour ne pas perdre de pouvoir d’achat sur cette période (+ 9.5 % indice INSEE)  à… 3.77 € seulement en février 2017 !!!) suite aux promesses de Macron.

Depuis 2013 la valeur du point avait perdue 9.5 % au regard de l’inflation ! le 1er novembre 2007 le point était à 3.67 € soit une progression de seulement 9 centimes en 10 ans. En réalité la valeur du point a perdue 26 % sur les 15 dernières années, plus du quart de sa valeur ! Cela impacte particulièrement les jeunes professionnels puisqu’ils sont en début de grille, personnels administratifs, éducateurs « scolaires », etc…et que certains coefficients étaient en dessous du SMIC alors que tout augmente, ainsi que les salaires « moyens », travailleurs sociaux, infirmières, etc… (car la part des dépenses « contraintes » est proportionnellement plus forte sur le budget familial !).

Cette hausse pitoyable de … 0.27 % au 1er février 2017 (avenant 340) est complétée par un avenant 341 (arrêté du 08 02 2018 ; JO du 17 02 18) pour aligner au niveau du SMIC les classifications de début de carrière des agents administratifs et de bureau, moniteurs adjoints d’animation ou d’activité, agents de service intérieur, ouvriers qualifiés. En revanche toujours le gel des indemnités kilométriques (depuis 3 ans) et disparition du projet de prime exceptionnelle CITS !!!